publicité

Feria de Béziers : 19 ans et record éthylique

Le jeune homme souffre d'un traumatisme crânien après une chute. Depuis, il est en soins intensifs en coma éthylique.

  • Fabrice DUBAULT
  • Publié le 14/08/2012 | 19:50, mis à jour le 18/09/2012 | 15:46
© F3 LR I.Bris
© F3 LR I.Bris

Un homme de 19 ans, hospitalisé en urgence dans la nuit de lundi à mardi pour un traumatisme crânien après une chute dans une bodega à la Feria de Béziers dans l'Hérault, affichait un taux record d'alcoolémie de 7 grammes d'alcool par litre de sang, a-t-on appris mardi de l'AFP. Les pompiers démentaient ce taux d'alcoolémie, mardi midi.

Renseignement pris auprès du commandant des pompiers de l'Hérault et coordinateur des secours, l'information est démentie.

Le taux d'alcool dans le sang du jeune homme n'a pas été précisé, mais plusieurs sources parlent d'un chiffre inférieur à 7g. Les autorités mettent en avant le secret médical, pour ne pas donner un taux précis.

Toujours en soins intensifs à l'hôpital de Béziers, le jeune homme est hors de danger.

Le communiqué du Centre hospitalier de Béziers

L’information selon laquelle un jeune homme a été hospitalisé dans la nuit du 13 au 14 août au Centre Hospitalier de Béziers avec 7grammes d’alcool par litre de sang a été diffusée et est reprise par de nombreux médias.

Ce taux présenté comme record, résulte d’une estimation réalisée avant son hospitalisation  qui n’a pas été confirmée par les analyses biologiques. Le taux réellement constaté est inférieur mais ne peut être communiqué car il s’agit d’une information tenue au secret médical.  

Son état de santé jugé sérieux par les services de secours installés au cœur de la féria a nécessité une évacuation vers le centre hospitalier : sa prise en charge en soins intensifs est prolongée.

A ce jour, néanmoins le pronostic vital n’est plus engagé.

Retour sur les faits (AFP)

Sa chute serait liée à un coma éthylique, selon l'officier des pompiers de l'Hérault qui commandait le poste médical avancé.

"Il présentait un taux d'alcoolémie record de 7 grammes d'alcool par litre de sang, c'est la première fois dans ma carrière que je vois un tel taux, on peut décéder avec 5 grammes d'alcool par litre de sang" a-t-il indiqué.

L'état-major de la Sécurité publique de l'Hérault a confirmé à l'AFP que "la victime, ivre morte avait ingurgité 700 millilitres de pastis dans la bodega où il a chuté et où il s'est grièvement blessé à la tête, en se basant sur le témoignage du groupe d'amis qui l'accompagnait et les serveurs de la bodega".

Selon cette source, le jeune homme se trouvait toujours mardi en soins intensifs et n'avait pas repris connaissance.

Les bodegas de la Feria de Béziers sont le théâtre cet été du phénomène du "binge drinking" ou biture express, ou encore "alcool défonce à gogo", qui consiste à ingurgiter la plus grande quantité d'alcool en un court laps de temps, avec de nombreuses intoxications alcooliques aiguës.

Le phénomène touche également les consommateurs de stupéfiants qui se livrent à des "drogue défonce à gogo". Ainsi, dans la nuit de lundi à mardi, 22 consommateurs de cannabis, cocaïne et ecstasy, pris de malaise après avoir participé à une telle soirée ont été amenées au poste médical avancé de la Feria de Béziers, puis hospitalisés, selon les pompiers.

Depuis le début de la Feria, vendredi 10 août, 33 rixes ont été enregistrées, dont une mortelle.

Les précédentes alcoolémies à plus de 7g

Sans atteindre les taux records polonais signalés en 1998 par l'AFP --9,8 grammes d'alcool par litre de sang chez un habitant de 63 ans qui roulait ivre mort, ou celui d'une compatriote arrêtée avec près de 9 grammes d'alcool par litre de sang--, on enregistre en France des alcoolémies étonnantes. Dans ces cas exceptionnels, les analyses ont été refaites trois fois tellement les résultats paraissaient incroyables, selon la police.

En 2003, un SDF était hospitalisé à Vannes avec 7 grammes d'alcool par litre de sang. Il avait été sauvé in extremis de l'arrêt respiratoire. En 2004, un automobiliste d'une trentaine d'années était interpellé avec un taux de 7,7 g dans les Pyrénées-Orientales.

A ces niveaux d'alcool assez incroyables, les risques de décès sont importants mais varient en fonction notamment du sexe, du poids et de l'état de santé, ainsi que de la rapidité d'ingestion, soulignent des médecins.

les + lus

les + partagés